Histoire de la compagnie

Créée en 1998, la compagnie A Balles et Bulles a grandi et s’est affirmée avec ses jongleurs. Ceux qui furent les premiers membres de l’atelier de jonglage de l’école primaire du village de Leyrieu, dans le Nord de l’Isère, sont restés fidèles à l’association au sein de laquelle ils ont progressé et ils sont aujourd’hui les artistes de la compagnie, rassemblés autour de celui qui fut l’instituteur d’une grande partie d’entre eux.

Quelques images tirées de nos archives secrètes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En décembre 1998, après quelques mois de répétitions, ils présentent leur premier spectacle de rue à Crémieu, à l’occasion de la fête des lumières. Ils ont alors entre 7 et 12 ans, et les numéros préfigurent ce que seront ensuite les créations de la compagnie : un cocktail de technique et d’humour, des figures glanées ça et là alternant avec des gags courts et visuels.

Il faudra trois ans à cette troupe naissante pour mettre réellement en scène un spectacle complet, trois ans de prestations dans les rues de la région, mais aussi trois ans de répétitions régulières et de rencontres, avec l’équipe de l’école de cirque de Bourg en Bresse, lors des rencontres européennes de Grenoble ou Karlsruhe…

En 2001, l’Audition voit le jour. Spectacle « tout terrain », construit pour la rue, adapté pour la scène, il se déroule autour de la roulotte d’une directrice de cirque soucieuse de renouveler son équipe. 12 jongleurs, 5 musiciens, la famille s’est agrandie pour l’occasion et se déplace pour la première fois à Aurillac à l’occasion du festival Éclats. Les jeunes redécouvrent également avec ce spectacle les joies des galas de fin d’année… et les paroles de « petit papa Noël ».

Roulotte de la compagnie de cirque A Balles et Bulles
La roulotte de l’Audition en 2001

Début 2003, après deux ans d’Audition, la Compagnie se remet au travail pour une nouvelle création, plus résolument tournée vers la rue et vers l’univers du cirque traditionnel . L’histoire est celle du « Cirque Habilis » qui, forcé de vendre son chapiteau, présente sur les places et les trottoirs de vos villes ce qu’il reste de sa gloire passée. Jusqu’à l’arrivée du cousin Francis, qui ne peut s’empêcher de mettre son grain de sel dans une machinerie déjà bien fragile. Facile pour les acteurs / jongleurs de jouer la carte du cirque familial , compte-tenu de la physionomie de la troupe et de la diversité des âges. Le rôle du cousin encombrant est tenu par Dominique Casamatta, de la Compagnie lyonnaise Voyages en Scène.

La composition des musiques est confiée, comme pour l’Audition, à Bastien Peyron, musicien berjallien.

En 2005, la compagnie s’offre une tente à son image : un joli petit chapiteau de cirque de 18 mètres de diamètre, ni trop grand (histoire d’être capable de le monter et de le remplir), ni trop petit (il faut que le public soit bien installé !). Equipé progressivement (gradins, lumière, son, scène…), il abrite aujourd’hui de manière confortable les dernières créations de la troupe (Daï Daï, Flan B, Juggle the funk, Boum !!! Quand votre soeur fait boum) mais a également permis à A Balles et Bulles d’organiser ou d’accueillir divers évènements (rencontre régionale des écoles de cirque de la FREC , festival Scène en Herbe, Circo Chato, l’automne de Saint Jullin, l’Isle en Scène.). Depuis 2014, A Balles et Bulles rencontre un franc succès en organisant chaque année un festival à son image (pour les enfants ET les adultes), fidèle à son histoire et à ses convictions : Les Turbulles, festival de spectacles carrément vivants et exclusivement tout public.

Les locations du chapiteau provoquent également depuis 2005 des rencontres qui se poursuivront le plus souvent par des collaborations : Gérard Vigne ( jongleur, clown, monteur de chapiteau), le cirque Filyfolia, la Compagnie Virevolt, la Compagnie Costa Caliente, les Kalderas, les Festijeux…

Invités à participer à l’émission « La France a un incroyable talent » en 2009, les jongleurs sont les premiers surpris de se retrouver en demi-finale, complimentés par un jury pas forcément adepte de jonglage.